Message d'erreur

Rencontre avec Patrick Ben Soussan à l’occasion des 20 ans de 1001 BB (érès)

Ces petits livres sont mythiques tant ils sont indissociables de la compréhension et de la prise en charge des enfants (de l’avant-naissance à l’adolescence) ! Souvent novateurs mais jamais racoleurs, ils viennent de fêter leurs 20 ans. Discussion à bâtons rompus avec le fondateur-directeur de la collection de 1001 BB, le pédopsychiatre Patrick Ben Soussan. L’histoire d’un succès, d’une ligne éditoriale qui n’a jamais dérogé à ses convictions ni sacrifié sa qualité pour surfer sur les modes éducatives.
S’il fallait trouver un slogan pour cette collection, cela pourrait être « La petite qui a tout d’une grande ». Petite par le format des livres, leur épaisseur et leur prix. Grande par les idées qu’elle diffuse, les domaines qu’elle couvre, les auteurs ou collectifs d’auteurs qu’elle publie. Grande par le rôle qu’elle joue après des professionnels de la petite enfance et de l’enfance, quels qu’ils soient. Grande encore par ses ambitions et ses exigences. Et c’est exactement ce que son fondateur-directeur de collection, Patrick Ben Soussan souhaitait. « Nous voulions une collection de petits livres accessibles écrits dans une langue simple. Nous voulions sortir de « l’entre-soi » et que ces livres soient écrits par des professionnels qui parlent à tous les professionnels quels qu’ils soient, voire aux familles »

Lifting des 20 ans
Aujourd'hui pour son vingtième anniversaire, la collection 1001 BB s’offre un lifting plutôt réussi : finies les couvertures de couleurs franches et uniformes, des couvertures toujours colorées mais plus douces avec un dessin dans le coin droit, toujours un bébé, espiègle ou endormi. Néanmoins, elle reste bien campée sur ses fondamentaux même si « nous voulons en plus toucher un public différent et nouveau. Avec toujours des textes accessibles mais qui puissent aussi intéresser encore plus de monde et notamment tous les parents » note Patrick Ben Soussan.
1001 BB a toujours évolué avec son temps. Une nécessité quand on parle de familles et de bébés, de pratiques professionnelles. Comment ne pas tenir compte des évolutions sociales et sociétales, et des découvertes scientifiques ? D’autant que la collection est née de cette effervescence autour des connaissances sur la petite enfance.

Une collection de lien, une histoire de famille…
Dans les années 90, Patrick ben Soussan exerce à la maternité de Bordeaux. Il a alors d’interminables discussions avec un pédiatre et un cadre de puériculture, et un gynécologue. « Il fallait absolument témoigner de nos échanges, dialogues et de notre travail en commun. Et on a d’abord imaginé une journée de rencontres et de dialogues » dit-il. La première rencontre a lieu à la fac de Bordeaux. Prévue pour une centaine de personnes, elle en réunit 500. Un succès incroyable. Renouvelé à chaque fois puisqu’évidemment chaque année tous ces professionnels se retrouvaient autour d’un thème différent mais où le héros était toujours le bébé.  
Dans la foulée, ce petit groupe de professionnels - comme une famille de cœur et d’idées -  décide de créer la revue Spirale en partenariat avec les éditions érès. Un trimestriel écrit par des pédiatres, des psychologues, des gynécologues. Avec dans son collège des personnes comme Myriam David ou Serge Lebovici. « Puis très vite on a lancé la collection 1001 BB, dans l’idée de transmission. Une petite collection de livres, peu onéreux écrits par des professionnels reconnus très divers, dans une langue simple et claire. Des auteurs Spirale mais aussi de nouveaux auteurs. Les thèmes : les bébés, la famille, les soignants, » se souvient Patrick Ben Soussan.
Au début : 9 livres par an qui sortaient tous le 9 septembre et qui, pour beaucoup, reprenaient les actes des colloques organisés. Et puis les parutions se sont scindées en deux : en début d’année puis en septembre. Aujourd’hui plus de 150 titres. Et tous les thèmes sont abordés avec précision : l’accueil, les soins, la culture, la justice, l’éducation, la santé. « Nous voulions promouvoir toutes les questions liées à la périnatalité, la parentalité, le développement de l’enfant. Nous étions en phase avec que disait Winnicott : un bébé tout seul, ça n’existe pas ! » précise-t-il encore. Et poursuit-il « Nous étions et sommes encore anti-pensée unique. Nos approches sont multiculturelles. »

« Une certaine façon de penser l’humain »
Du coup la petite collection a fait son chemin. Appréciée des professionnels de terrain… et des autres, parfois snobée par les universitaires à cause de son format et son parti pris d’accessibilité. Mais qu’importe. Cette accessibilité revendiquée (« ce qui ne veut pas dire vulgarisation » précise Patrick Ben Soussan) tient aussi au fait que tous les ouvrages sont concrets, bien ancrés dans le réel des pratiques. 1001 BB a permis des prises de conscience. « Nous avons été les premiers par exemple a abordé la question de la douleur du nourrisson » remarque fièrement Patrick Ben Soussan.
1001 BB a fait et fait encore appel à des auteurs qui tous sont ou ont été à l’origine des grands mouvements dans l’histoire de la petite enfance. De Danielle Rapoport à Sylviane Giampino, Bernard Golse, Miriam Rasse… Et tous aussi, quel que soit leur métier ou formation, travaillent et réfléchissent dans un même esprit, - « une certaine façon de penser l’humain » - d’où un grand nombre d’ouvrages collectifs.

Un bébé ? Quel cadeau !
On les retrouve d’ailleurs ces « penseurs » dans le livre- anniversaire offert pour tout achat d’un livre de la collection : Un bébé ? Quel cadeau ! Il regroupe  des textes qui ont marqué l’histoire des bébés et de la petite enfance depuis 1997 signés Jacky Israël, Danielle Rapoport, Sylvain Missonnier, Dominique Rateau, Serge Tisseron et d’autres autres encore dont bien sûr Patrick Ben Soussan.
Un livre témoin qui reflète parfaitement l’esprit de la collection : transmettre, assurer la continuité, porter ce regard « 1001 BB » sur les découvertes ou tendances telles aujourd’hui les neurosciences ou l’éducation positive par exemple. Les bébés changent, la société et les mentalités évoluent, la science progresse… La collection se renouvelle et s’adapte, les auteurs pensent différemment sans jamais oublier de transmettre - le maître mot de la collection – l’histoire et ses fondamentaux, c’est-à-dire ce qui permet de comprendre.
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 09 avril 2018
Mis à jour le 11 avril 2018