Fiche maladies et petits maux

La bronchiolite

Chaque hiver, avec un pic entre la mi-novembre et la mi-décembre,  la bronchiolite, maladie virale très contagieuse revient en force. Elle toucherait environ 500 000 nourrissons de moins de deux ans.  Et on le sait, la vie en collectivité multiplie les risques de contamination.
Istock
 bronchiolite bébé
Bronchiolite : une maladie infectieuse
La bronchiolite est une maladie infectieuse due dans la majorité des cas au VRS, le virus respiratoire syncytial, et plus rarement à d’autres virus : grippe, adénovirus, entérovirus… La bronchiolite est une infection des bronchioles, ces petites bronches de l’appareil respiratoire et parfois des alvéoles. L’inflammation épaissit leur paroi et la sécrétion de mucus va les obstruer. Chez les moins de deux ans les bronchioles étant très petites, leur encombrement et leur obstruction s’expliquent aisément.

Bronchiolite : une maladie épidémique
C’est une maladie très  contagieuse.  La transmission se fait par la salive, la toux, les éternuements mais aussi par l’intermédiaire des mains et d’objets, comme les doudous, les jouets, les tétines contaminés. Le VRS, le plus fréquent survit durant 6 heures sur les objets. On comprend mieux pourquoi dans les collectivités, le virus se propage rapidement et que les épidémies sont fréquentes. En automne et en hiver dés mes premiers froids et les premiers rhumes !

Bronchiolite : les symptômes qui doivent alerter.
Le plus souvent bénigne heureusement, la bronchiolite peut évoluer vers une détresse respiratoire et nécessiter une hospitalisation. La bronchiolite se manifeste au départ comme un rhume banal  ou une rhinopharyngite avec une fièvre légère, un nez qui coule et une toux sèche. Quelques jours plus tard la respiration est plus difficile, s’accélère et devient sifflante. De plus le bébé a du mal à boire ses biberons et à manger. Ces symptômes ne doivent pas être pris à la légère et doivent conduire à montrer l’enfant au médecin de la crèche, à  prévenir les parents afin qu’ils consultent. Il n’ y a pas de traitement standard pour la  bronchiolite  c’est au  médecin de  décider au cas par cas. Même réflexe à avoir bien sûr si le bébé présente un tirage, en clair un creusement, au dessus de sternum lorsqu’il inspire ou au niveau du ventre, et un battement des ailes du nez. Le médecin décidera s’il faut l’adresser aux urgences. La bronchiolite n’est pas une maladie qui exige une éviction de l’enfant de  la crèche. Mais en phase aigue et si les symptômes sont importants, la fréquentation d’une collectivité n’est pas conseillée. En parler avec les parents est donc important.

Bronchiolite : des gestes d’hygiène pour limiter la contagion  
S’il l’on ne peut éviter la contagion,  surtout en collectivité, de simples gestes d’hygiène aident à limiter les risques. Y compris pour d’autres virus d’ailleurs.
• Se laver les mains avec de l’eau et du savon ou utiliser une solution hydro -alcoolique, avant et après le change, le biberon, repas…
• Faire attention à ne pas échanger les biberons, tétines, couverts d’un bébé avec ceux d’un autre. Et bien sûr, toujours les  laver et nettoyer soigneusement.
•  Laver et désinfecter fréquemment, les différentes  surfaces que l’on utilise quotidiennement et aussi les poignées de porte.
• Laver régulièrement ou demander aux parents de le faire, les jouets et doudous des enfants.
• Aérer les locaux où sont gardés les enfants, au moins dix minutes par jour.
• Par ailleurs, si l’on est soi-même enrhumé la plus grande prudence s’impose. Tout adulte en effet et surtout en période d’épidémie bien sûr, peut être porteur du virus de la bronchiolite sans le savoir. Les réflexes à avoir pour protéger les enfants dont on a la garde ?
 • Se couvrir la bouche quand on tousse ou éternue, avec un mouchoir jetable ou l’avant bras,  le coude.
• Porter un masque que l’on peut acheter en pharmacie quand on s’occupe des enfants.
Article rédigé par : Pascale Pommier de Santi avec le Dr Bertrand Delaisi, pneumo-pédiatre
Modifié le 17 mars 2017