Ateliers pédagogiques et fiches activités

L’alimentation comme projet pédagogique à la crèche

Il ne faut pas cantonner les aliments dans les assiettes mais ouvrir les portes de leur monde aux tout-petits. C’est seulement s’ils les connaissent qu’ils les apprécieront tout au long de leur enfance, et dans leur quotidien d’adulte ! Présentation de ce que pourrait être un projet pédagogique axé sur l’alimentation : de la création d’un potager à des activités cuisine en passant par des sorties au marché.
MAM Lesp'tites bulles
L’alimentation comme projet pédagogique à la crèche
Quand on a un projet pédagogique autour de l’alimentation, on parle forcément aux petits, plantes, fruits et légumes  et faire un portager leur permet de découvrir le plaisir d’arroser, cueillir, goûter ou déguster ! Que la crèche ait un jardin ou non, il est toujours possible de faire naitre quelques tomates-cerise, des radis ou des fraises en jardinière ou dans un carré de terre.


Le potager en carré, facile à utiliser avec les petits
Le potager en carré permet de jardiner dans des carrés surélevés, de 1m20 de côté sur 40 cm  de hauteur divisés en 16 emplacements par carré. Ce type de potager donne aux équipes un outil pédagogique, ludique et facile à utiliser.
Les avantages de cette nouvelle génération de potager sont nombreux :
  • Peu d'espace nécessaire, une terrasse peut l’accueillir.
  • Le sol est adapté, la pollution chimique est minimisée par l’achat de terreau conforme
  • Les besoins en eau sont nettement limités, les non arrosages du mois d’aout seront moins catastrophiques  
  • La culture est naturellement biologique
  • L’éclaircissage est inutile, le nombre de graines très limité, aujourd’hui, il est possible d’acheter des mini-mottes de plants, mais le plaisir de la germination disparait
  • Les récoltes sont parait il plus généreuses que celles d'un jardin classique !
Alors pourquoi ne pas essayer, des plans de réalisation sont disponibles sur internet, des planches, des clous, un marteau et de la bonne humeur pour un projet novateur !

Les légumes-fruits stars des des potagers
Les aromatiques et les légumes-fruits (tomates, poivrons) auront une place de choix ! Pour réussir, aucune difficulté, il faut juste s’assurer que les légumes sont bons voisins car certains sont incompatibles (les tomates apprécient le basilic mais détestent le fenouil), et d’éviter les légumes trop encombrants comme les choux, les artichauts ou la courgette.
Les enfants seront heureux d’arroser (c’est ce qu’ils préfèrent), de nettoyer… peut être un peu trop mais aussi de déguster sur place ou à emporter (à la maison dans des contenants sur le thème du légume).
Il faut prévoir pour les plus grands qui « travailleront », bottes, gants, coupes vents pour les frimas de l’hiver. Les plus jeunes étant surtout spectateurs-observateurs avant de mettre leur talent de jardinier en herbe à l’œuvre dans les mois à venir.
Pour la cueillette, les bonnes pratiques d’hygiène doivent être respectées afin de ne pas souiller les aliments récoltés, à savoir, mains, matériel, récipients propres. Les conditions de stockage sont aussi importantes, mieux vaut les préparer tout de suite pour limiter les complications.

Des sorties à la ferme et au marché
Une visite à la ferme ou mieux encore la mini ferme qui vient à la crèche est toujours un moment fort dans l’année. Bien souvent, les enfants ont préparé longtemps à l’avance cette journée par la création d’une mini-ferme dans l’entrée de la crèche. Ce moment privilégié permettra aux petits de découvrir tout simplement que le lait vient du pis de la vache ou de la chèvre et non de la brique mais il leur sera impossible de le goûter, leur organisme est trop fragile pour le lait cru. Les poules, canards et leurs poussins sont aussi les rois de la fête, il est vrai que rien n’est plus craquant qu’un tout petit poussin tout doux comme le doudou ! Cet échange rayonne dans tout le voisinage car les jeunes enfants du quartier sont souvent conviés par l’équipe de la crèche pour leur plus grand bonheur.
La sortie au marché est aussi très appréciée, elle permet de sentir, de voir les couleurs, parfois de gouter quelques fruits. Même si les courses ne s’y font pas, c’est un laboratoire en plein air ! Une visite chez des parents artisans des métiers de bouche (boulanger, restaurateur, fromager) quand cela est possible remporte toujours un bon succès, les enfants pétrissent de la pâte à pain et repartent avec une petite boule qu’ils partageront en famille.

Des activités d’intérieur
La découverte des aliments peut aussi se poursuivre à l’intérieur  par de multiples activités, en voici quelques unes :
  • Les semis pour le potager
  • La peinture à l’aide tampons sur le thème des aliments (pommes, fleurs pour créer des fresques, des sets de tables qui seront plastifiés pour décorer les tables au moment du repas. On peut même imaginer des tee-shirts décorés pour le Carnaval. La peinture aux couleurs légumes en utilisant les propriétés colorantes des aliments, comme la betterave rouge est aussi une expérience à tenter.
  • Une activité cuisine régulière leur donnera l’envie de cuisiner et de goûter le beau gâteau réalisé en petite équipe selon les règles de l’art (tenue, lavage des mains, traçabilité, plat témoin). Plus tard, en grandissant, ils investiront la cuisine familiale et entraineront leur parents à cuisiner un peu plus car ils apprécieront les plats faits maison, tous simplement bons et sains ! Trop d’équipes abandonnent cette activité croyant que c’est interdit. En fait, tout est question de bonnes pratiques et de bon sens (vous n’allez pas préparer un tiramisu mais plutôt un classique gâteau au yaourt). L’établissement d’un cahier de recettes et la formation du personnel aux bonnes pratiques d’hygiène concourent à répondre aux exigences réglementaires.
  • Les chansons sur le thème des aliments avant le repas de midi par exemple.
  • L’annonce du repas sous forme d’une mini-pièce de théâtre, le héros du cuisinier qui se cachait était Ratatouille !
  • Le bricolage par la création de boites en forme de fraise par exemple pour transporter à la maison les quelques fraises cueillies au jardin en continuité avec le potager. Un utilisant des feuilles mortes émiettées, à la place du sable pour créer des paysages pour donner vie à un arbre en automne, elles peuvent aussi servir, entières, à décorer la crèche. Vu sur le net des castagnettes en coques de noix, assez sympas pour les plus grands, cela change des maracas en pots de yaourt. Les gommettes en formes d’aliments ne sont pas à oublier.
  • Des menus « découvertes » du monde pour ouvrir les enfants à la diversité culinaire.
  • Et bien sûr les repas utilisant les légumes du potager de préférence cuits, mais si cela n’est pas possible, il faut les décontaminer au vinaigre blanc ou  au bicarbonate alimentaire à raison de 1 cuillère à soupe pour 3 litres d’eau.
L’implication des équipes, leur imagination et leurs talents créatifs garantissent la réussite d’un tel projet pour le plus grand bonheur des enfants qui évolueront dans un environnement moteur à tout point de vue.

 
Article rédigé par : Sylvie Guillou, docteur en chimie, www.secali.com
Modifié le 13 novembre 2017