L’impact des écrans sur l’acquisition du langage : une étude de Santé Publique France

Une enquête de Santé Publique France publiée le 14 janvier alerte sur les dangers des écrans quant à l’apprentissage du langage de l’enfant. Cette étude réalisée en France,  dans le département d’Ille-et-Vilaine (35), a déterminé que les enfants exposés aux écrans le matin avant d’aller à l’école, sans échanger sur ce qu’ils pouvaient regarder, avaient six fois plus de risque de développer des troubles primaires du langage.

Les bases de l’enquête
Cette étude a observé 276 enfants souffrant ou non de troubles primaires du langage. Elle a été réalisée dans 24 communes d’Ille-et-Vilaine et concerne des enfants nés entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2012 alors qu’ils étaient âgés de trois ans et demi à six ans et demi.

Cet âge a été choisi car il correspond à la période où l’on peut diagnostiquer des troubles du langage (la dyslexie, la dysgraphie, la dysorthographie, la dyscalculie).

Un rituel matinal dangereux ancré dans des habitudes prises pendant la petite enfance
Dans cette étude, 83,3% des enfants observés avaient déjà été exposés aux écrans dans leur petite enfance avant l’âge de deux ans. Consoles, tablettes, ordinateurs, smartphones … les supports sont multiples et leurs effets plus pernicieux qu’on ne le pense.
En France, rares sont les études qui évaluent l’exposition aux écrans chez les moins de 6 ans. Selon Santé Publique France « la dernière étude française évaluant ce taux a révélé que les enfants âgés de 3 à 11 ans étaient exposés à la télévision pendant 45mn par jour et à des écrans interactifs pendant 30mn par jour ».
L’exposition aux écrans, plus particulièrement le matin avant de se rendre à l’école, génèrerait des troubles primaires du langage selon l’étude. Chez les enfants interrogés, la durée moyenne d’exposition aux écrans le matin était de 20mn. « Cela peut s’expliquer par le fait que l’exposition aux écrans dès le matin épuise l’attention de l’enfant, qui se retrouve moins apte aux apprentissages pour le reste de la journée » explique l’étude.

Echanger avec les enfants sur ce qu’ils voient
L’un des points principaux soulignés par l’enquête repose sur l’absence de discussion entre un enfant et un adulte sur ce qu’il peut voir au travers des écrans. L’idée serait au moins de favoriser l’interaction de l’enfant en échangeant avec lui sur ce qu’il regarde. Or, dans une semaine scolaire classique, les enfants exposés aux écrans le matin avant l’école sont seuls face à l’écran 40% du temps.

« Le fait de ne pas discuter du contenu des écrans avec les enfants a déjà été démontré comme pouvant être délétère. Des études ont montré que lorsque des enfants de moins de 2 ans étaient laissés seuls devant un écran, ils n’en ressortaient pas d’apprentissage. De plus, ne pas discuter du contenu de l’écran avec les enfants pourrait augmenter leur risque d’être exposé à un contenu inapproprié pour leur âge. » rapporte l’étude.

Beaucoup de spécialistes, à l’instar d'Héloïse Junier, Monique Busquet ou Michel Desmurget, déconseillent de mettre les jeunes enfants de moins de trois ans (voire 6 ans pour ce dernier) devant les écrans.
 
Article rédigé par : Nora B
Publié le 15 janvier 2020
Mis à jour le 20 janvier 2020

2 commentaires sur cet article