Tests salivaires : le choix de la MAM Les petites pommes

La Maison d’Assistants Maternels ( MAM) « Les petites pommes » à Saint Paul sur Save dans la région toulousaine  accueille 12 enfants. Elle réunit trois professionnels : deux assistantes maternelles et un assistant maternel.  D’un commun accord, ils ont décidé de procéder à des test PCR salivaires tous les jeudis. Magaly Guidetti explique leur démarche. Voici son témoignage.
Pourquoi s’être lancé dans les dépistages salivaires ?  On en a discuté en équipe. L’expérience passée nous montrait que si on voulait appliquer le protocole de la DGCS, on était amené refuser des enfants dès qu’ils étaient un peu malades, fiévreux ou toussant … Ce qui est fréquent chez les petits finalement. On hésitait toujours car on ne savait  pas trop si on pouvait ou devait les prendre. Et puis aussi parfois on trouvait les parents un peu imprudents et cela ne nous rassurait pas. Quand on a reçu les nouvelles consignes de la DGCS, on s’est dit pourquoi pas  .

L’accord des parents pour 10 enfants sur 12
On en a parlé aux parents qui ont dans la grande majorité ont accepté. On a eu l’accord pour 10 enfants sur 12. Il faut dire pendant cette réflexion  on a reçu du conseil départemental un courrier nous expliquant que sur la base du volontariat les MAM comme la nôtre pouvaient s’engager dans ce processus de dépistage via des test PCR salivaires. Et nous expliquaient la marche à suivre. C’est à dire se manifester près de l’ARS. Ce que nous avons fait. Qui a envoyé  une liste de laboratoires partenaires. Et nous en avons contacté un.

Testés tous les jeudis
Nous avons décidé de procéder aux test tous les jeudis. Nous donnons les kits aux parents soit le mardi soir, soit le mercredi. Ils nous les rapportent le jeudi, le labo passe les prendre et ils reçoivent les résultats le soir même. Le jeudi c’est bien  parce que  c’est la fin de semaine et cela tranquillise les  parents s’ils doivent bouger le week- end. Et nous aussi puisque nous nous testons en même temps que les enfants.

Le bon matériel !
Le premier test a été un raté ! Le matériel fourni ne convenait pas pour de  très jeunes enfants : c’était des flacons et les enfants devaient saliver à l’intérieur ! vous imaginez un bébé 10 mois faire ça !  Cela n’a fonctionné que pour nous les assistants maternels.  
Le deuxième essai fut le bon, car le labo nous a proposé une nouvelle méthode : un tube avec du liquide à l’intérieur et une sorte de petit écouvillon. Tout a bien fonctionné. Les parents -puisque ce sont eux qui se chargent du test, n’ont rencontré aucune difficulté.

Un accueil plus serein
Cela fait trois semaines que nous  procédons à ces tests et jusqu’à présent tous les enfants et nous-mêmes avons été négatifs.
Ces tests nous permettent un accueil plus serein. Cela nous rassure. Et les parents aussi.
Par exemple cette semaine tous les  enfants toussaient, étaient fatigués, avaient le nez qui coulait, certains même des diarrhées. Finalement tous les symptômes du COVID 19 selon le guide ministériel. On savait que ce n’était pas ça grâce aux tests, et nous avons poursuivi l’accueil en toute tranquillité et sécurité.

 
Article rédigé par : Propos recueillis par Catherine Lelièvre
Publié le 28 mai 2021
Mis à jour le 28 mai 2021