L’acoustique en crèche : un détail de taille pour la qualité d’accueil

Dès le début de la vie, les sons guident notre perception du monde provoquant une grande palette d’émotions. Composant essentiel de notre équilibre, l’environnement sonore conditionne notre comportement personnel et collectif. Or au sein des structures d’accueil, la réverbération du son peut devenir pour les professionnels comme pour les enfants un véritable facteur de fatigue, de stress, voire de conflit… D’où l’importance d’avoir un bon confort acoustique, qui participera à une bonne qualité d’accueil. Le point sur les effets du bruit en crèche et les solutions pour le réduire efficacement.
La crèche : l’un des espaces collectifs les plus bruyants
Les crèches font partie des espaces collectifs les plus bruyants, avec une ambiance sonore comparable à celle d’un restaurant très fréquenté, qui engendre la nécessité d’élever la voix pour tenir une conversation à moins de deux mètres de distance. Et ce, pendant la majeure partie de la journée. On atteint en moyenne 80dB dans une crèche - sachant que le port de protections auditives est obligatoire dès 85db.



Les crèches qui ne sont pas traitées acoustiquement sont donc soumises à une exposition au bruit potentiellement néfaste pour la santé, due à l’importante réverbération du son.

Des troubles physiques et psychologiques liés au bruit
On comprend comment un tel environnement sonore peut parfois affecter la santé des personnels de crèches.
Répétés quotidiennement, des niveaux de bruit intenses semblent accroître la sensibilité au bruit et engendrent des réactions de stress. Les professionnels évoquent divers effets : l’obligation de forcer la voix pour se faire entendre, un sentiment de profonde fatigue en fin de journée, une difficulté à entendre et à comprendre, le sentiment d’être moins disponibles… Et d’autres symptômes tels que de la tension, du stress, un sentiment de surmenage, d’abandon, et des douleurs physiques.

Par ailleurs dans les établissements accueillant des enfants de moins de 6 ans, des sonorités liées à la vie en collectivité s’ajoutent comme les cris, les pleurs ou encore les jouets sonores… Dans ces ambiances bruyantes, les tout-petits peuvent manifester plus de nervosité. Avec, souvent, un effet de surenchère : quand ils entendent des bruits nouveaux et intenses, les enfants se mettent à faire plus de bruit qu’ils n’en faisaient auparavant. C’est connu, le bruit génère du bruit … même chez les adultes !
En milieu scolaire les jeunes enfants sont exposés à des niveaux sonores dépassant les 80 décibels. Les conséquences peuvent être là aussi multiples : fatigue, agitation et agressivité, aptitudes cognitives altérées, ralentissement de l’apprentissage, et par extension une insatisfaction des parents…

Traitement acoustique : les 3 points de vigilance
Heureusement, des solutions existent pour réduire la gêne liée au niveau sonore de votre établissement et se prémunir de ses effets.
Pour évaluer le niveau acoustique d’une pièce, vous pouvez dans un premier temps effectuer un diagnostic acoustique afin d’évaluer le niveau de bruit, et donc la correction à apporter. En fonction des résultats, plusieurs mesures sont à envisager : des études réalisées dans de nombreuses crèches ont recensé 3 domaines essentiels.

Le niveau sonore des équipements
Une solution simple, rapide et économique (et donc indispensable) consiste à placer des embouts anti-bruit sous le pied des mobiliers pour enfant. Cela peut paraitre anodin, mais avec une dizaine de bambins continuellement en mouvement, le déplacement des objets peut rapidement devenir désagréable.
Au-delà du mobilier, l’électroménager occupe une place importante quant au niveau de nuisances sonores. Mixeur, machine à laver, sèche-linge : tout le nécessaire pour gérer le quotidien des enfants en crèche. Il faudra donc veiller à choisir des équipements à faible niveau sonore. Pour une bonne absorption du bruit, vous pouvez opter pour des cloisonnettes et autres séparations acoustiques permettant d’isoler et absorber en partie le son.

L’isolation vis-à-vis des bruits extérieurs
Votre local se situe dans une zone très fréquentée ? Pour plus de praticité, on retrouve généralement les crèches à proximité des lieux de travail ou de vie des parents. L’établissement peut alors se trouver au bord d’une route passante ou au sein d’une zone d’activités. Dans de tels espaces, l’isolation vis-à-vis des bruits extérieurs est indispensable. Pour ne pas ajouter au bruit des enfants une nuisance supplémentaire, vous pouvez utiliser des cloisons acoustiques, remplacer les fenêtres ou poser un faux plafond.

Le traitement des bruits dans la pièce
Généralement, c’est l’accumulation des différents bruits au sein d’une même pièce qui affecte le quotidien des enfants comme celui des professionnels. Pour réduire la réverbération des sons émis par les jeux, les rires ou les cris des enfants, et ainsi permettre à tous d’évoluer dans une ambiance sereine, pensez aux panneaux acoustiques ! Ces équipements permettent tout simplement d’absorber le bruit. Côté style, pas d’inquiétude : proposés sous plusieurs formes, coloris et dimensions, ils peuvent facilement créer des ambiances éducatives et enfantines.

Le confort acoustique est aujourd’hui un vrai enjeu des espaces collectifs, particulièrement lorsque ceux-ci reçoivent des enfants. Ne pas hésiter donc à contacter des professionnels en solutions acoustiques afin d’évaluer le niveau sonore de vos pièces, et contribuer au bien-être de tous.
Article rédigé par : Marine But
Publié le 01 août 2019
Mis à jour le 19 août 2019