La science des pâtés de sable. Par Arnaud Deroo

Auteur, consultant en éducation psycho-sociale, formateur-psychanalyste

Pâtés de sable
Repas de famille chez Sidonie, auxiliaire de crèche. Sa sœur et son beau-frère sont présents. Les discussions lors de l'apéro s'enchaînent...
Bertrand ( le beau-frère ) vient d'avoir un nouvel emploi : responsable d'unité commerciale dans une grande filière. Il est content il vient de ramasser un énorme contrat de XXX €. Il touchera une belle prime en fin d'année.
« Oh , bravo... » lancent les parents.
Quand les regards se portent sur Sidonie : « Et toi Sidonie comment vas -tu ? Toujours cool ton travail en crèche ? » (bien sûr toujours simple et cool le travail avec les petits) « Qu'as tu fait hier ? »
« J'ai fait des pâtés de sable avec les enfants ... »
« Ah ! » Et plus rien....  ou plutôt : « Si on passait a table » lance la mère de Sidonie.
Sidonie l'a-t-elle fait consciemment pour titiller la famille ?  Là est la question …
Drôle de monde où l’on s'exclame devant un budget de xxx € et où l’on montre si peu d'intérêt devant les pâtés de sable !
Comment voulez vous que parfois dans nos institutions Petite Enfance, les professionnels ne se démotivent pas et traversent des creux… Pas toujours simple dans ces repas de familles, dans ce monde, de parler d'humanité, de bien- traitance, du sens de notre travail.
Sans doute aussi que les professionnels Petite Enfancedevraient apprendre à parler de leur travail avec plus de connaissances, de références théoriques,  de gros et beaux mots (attachement, sécurité, émotion, psychologie du développement...).
S'occuper de la vie psychique, affective, émotionnelle d'un tout petit, c'est un travail sérieux, important, sachez en parler avec de vrais mots : pâtés de sable, couches, repas, pipi, gommettes  ne permettent pas vraiment de comprendre le vrai de votre travail, même si c'est ça a aussi, c'est important.

Sidonie n'a pas, lors de ce repas,  parlé de son salaire…Cela aurait peut -être jeté un froid. L’aurait- on trouvé  trop bien payée pour faire des pâtés… Qui sait ! Je plaisante  car  je suis toujours dépité de voir qu'une personne qui s'occupe de l'humain en devenir gagne moins bien sa vie qu'un commercial ou un financier.
N’ayez pas honte de faire des pâtés, de chanter des comptines, faire des rondes, vous êtes dans le vrai de la vie.

Messieurs et mesdames, les grandes personnes, vous qui décidez des lois,  des arrêtés et des décrets,  cessez  de nous trouver gentils, respectez nous. Vraiment.
 
Article rédigé par : Arnaud Deroo
Publié le 01 août 2016
Mis à jour le 28 juillet 2019